Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi

Edition Fayard, 2018, 387 pages

Contemporain, Feel Good, Road Trip

Résumé

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Avis : Résumé

Je ne lis pas souvent de romans contemporains et encore plus lorsqu’il s’agit d’auteurs sur-médiatisés. J’ai trop souvent été déçue.

Néanmoins deux détails ont fait que j’ai craqué pour ce roman, le très bel avis de Margaud Liseuse et la couverture magnifique des éditions Fayard.

Cela faisait un petit mois qu’il était dans ma PAL lorsque après mon coup de cœur pour Home Sweet de Tillie Cole, je ne savais pas trop quoi lire. Je l’ai donc pris au hasard dans ma PAL sans pression et décidé à lire que quelques pages … la magie a toute de suite opéré ! Je suis très rapidement montée dans le bus de Virginie Grimaldi et de quelques pages, je suis très vite passée à quelques chapitres atteignant la moitié du roman sans m’en rendre compte.

L’enchainement rapide des points de vue entre Anna, Chloé et Lily et le style narratif qui leur est propre, m’ont fait aimer ce roman. C’est orchestré d’une main de maitre par la plume de Virginie Grimaldi. Elle navigue entre ses personnages avec compassion, tendresse et humour. Sa plume est fluide et nous permet de suivre le road trip d’Anna en oubliant qu’il ne s’agit que d’un roman.

Les descriptions du Road Trip, les moments de tendresses en famille, la visite des villes traversées et les paysages scandinaves sont une invitation au voyage. Ce roman m’a donné envie de tout envoyer balader comme Anna en oubliant tous les soucis du quotidien et de concrétiser mon rêve de visiter cette région du monde qui m’a toujours fasciné (oui, je suis plus neige que grande chaleur ! Vive l’automne et l’hiver 😉 ).

Anna a toute de suite quelques chose de très attachant. Elle est débordée par sa vie qui ne lui convient plu. Elle porte un secret dix fois trop lourd pour elle. Elle a la poisse !!

Au début de l’histoire, l’on sent qu’elle est au bord de la crise et du désespoir pour elle mais aussi pour ses deux filles qu’elle sent perdu. Anna m’a beaucoup fait pensé à l’héroïne de Katherine Pancol – Joséphine dans les Yeux jaunes de Crocodiles.

Anna souhaite ressouder sa famille, se sentir proche de ses filles qui a se battre avec elles. Elle le fait avec beaucoup d’humour et de tendresse. Le moment qui m’a le plus bouleversé avec Anna, c’est quand elle raconte à ses filles leur arrivée au monde. Ce passage m’a bouleversé par sa beauté, sa simplicité et dans la complicité existante entre les 3 femmes.

Chloé, la fille ainée est complètement déboussolée au début du roman. Elle n’a aucune estime pour elle comme pour sa mère. Ce manque d’estime va la pousser à rechercher l’amour des autres par n’importe quel moyen qui t’a se détester encore plus avec son blog ou encore avec des faveurs sexuels. Elle m’a parfois énervé notamment dans son intransigeance envers sa mère. Elle reproche beaucoup de chose. Néanmoins, j’ai beaucoup aimé les petites stratégies qu’elle met en place pour forcer sa mère à rentrer et la belle surprise qu’elle lui fait en Scandinavie.

La dernière puce est la petite Lily. C’est une petite fille qui se confie avec naïveté à son journal qu’elle prénomme Marcel. Mais son innocence est toute relative car elle porte secrètement le lourd secret de sa mère. Je me suis beaucoup amusée de sa fraicheur et des nombreuses erreurs qu’elle peut faire dans les expressions du quotidien. Les extraits de son journal sont des petites bouffées d’air frais quand les thématiques abordées par Anna et Chloé sont plus lourdes.

A leur manière ses trois femmes sont un moyen pour Virginie Grimaldi d’aborder des sujets par fois compliqué, comme une rupture, la perte d’estime de soi, le harcèlement et surtout le droit à la différence. Ce qui est beau dans ce roman c’est que tout est traité avec un optimisme débordant et qui fait un bien fou.

Il y a de nombreux personnages secondaires qui vont graviter autour d’Anna et de ses filles créant une famille et leur permettant de se réparer les uns les autres. Cependant, les deux plus importants sont Julien et son fils Noé. La relation très particulière entre Lily et Noé m’a énormément touché par son innocence et sa beauté.

5/5

Il m’est très rare de faire d’aussi longue chronique, mais ce roman m’a tellement bouleversé par sa subtilité, sa simplicité et son message que j’avais envie de vous transmettre mon coup de cœur. Vous l’aurez certainement compris que je ne peux que vous conseiller ce roman frais et très optimiste. Un gros bonus pour le twist final que j’ai adoré … mais chut !

Je vous souhaite de très belles aventures livresques !

6 réflexions sur “Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s