Too Late de Colleen Hoover

Hugo New Romance, 2018, 400 pages

Moshi Moshi,

Avant de commencer cette chronique, je tenais à vous informer que ce roman n’est pas à mettre dans toutes les mains. Il est pour un public averti et j’aurais bien aimé l’être avant d’acheter le roman, parce que le résumé ne reflète en rien la violence de ce drame.

Il est toujours compliqué pour moi de vous présenter un roman qui n’a pas su me plaire voir dans le cas présent qui m’a profondément dérangé. Dans tous les cas, l’avis que vous allez lire n’engage que moi et c’est mon avis de lectrice. Attention pour pouvoir vous expliquer mon point de vue, quelques spoilers se sont glissés dans ma chronique.

Résumé

Sloan n’a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle

avait besoin. C’est justement pour échapper à une situation sans issue qu’elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique ; de plus, c’est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n’a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu’il lui fait subir jusqu’à ce qu’elle puisse lui échapper. Seule.

Personne ne peut l’aider à sortir de cette situation. Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu’elle vient de rencontrer.

Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d’elle et il fait tout pour la persuader qu’elle ne peut pas se passer de lui.

Avis : Résumé

Comme vous avez pu le deviner à mon introduction ce roman a été une grosse déception pour moi. J’ai découvert Colleen Hoover, l’année dernière, avec le roman Maybe Someday qui est très certainement un de mes plus gros coups de cœur de ma vie de lectrice. Après cette première expérience réussie, j’ai dévoré ses romans les plus récents avec un second coup de cœur pour Jamais Plus et une très belle lecture avec November 9. C’est donc sans crainte que j’ai acheté son dernier né – Too Late.

Alors en aucun cas, je ne remettrais en cause sa plume qui m’a permis de lire ce roman jusqu’au bout parce qu’elle a du talent pour raconter les histoires.

L’histoire, la mise en contexte intéressante, me laissait présager un nouveau coup de cœur. J’avais apprécié avoir le point de vue d’Asa – le méchant de l’histoire- en alternance avec celui de Sloan et Carter.

Mais plus le roman avancé, moins je réussissais à m’attacher aux personnages. J’avais en permanence envie de secouer Sloan qu’elle se réveille et qu’elle sorte de son état de léthargie. Ce que je n’ai pas compris, c’est comment dans Plus Jamais, Colleen Hoover arrive a traité la dépendance et la violence conjugale avec autant de brio alors que dans ce roman il n’y a aucune finesse dans le message. C’est juste un mélange de sexe, de violence psychologique et physique.

Le personnage de Carter quant à lui, mon Dieu qu’est ce qu’il est fade et sans volonté. Il n’y a que son envie de « se faire » Sloan qui le fait réagir. Comment il peut mettre toute une opération d’infiltration en danger pour une femme qu’il ne connaît même pas ? Ce n’est pas crédible pour deux sous.

Ensuite, au début du roman, être dans la tête d’Asa apportait vraiment quelque chose et cela m’a plu. Cela nous permet d’avoir le point de vue du méchant, d’être dans sa tête. C’est une chose que l’on retrouve rarement dans la New Romance. C’est un principe que j’ai plutôt l’habitude de retrouver dans le policier ou les thrillers. Mais cela a très vite dégénéré en malaise. Être dans la tête d’un psychopathe dans un thriller (on s’y attend) pourquoi pas mais dans une romance certainement pas.

Malheureusement ce n’est pas l’élément qui m’a le plus dérangé. Dans ce livre, ce sont les scènes de viol qui ponctue tout mais alors tout le roman. En plus, je trouve qu’elles ont décrites comme des scènes de sexe « classique » de New Romance banalisant presque cet acte. Je vous avouerais qu’arrivait à la fin du roman, je saturais et j’en avais presque la nausée. En plus de cela on a le point de vue de la victime mais aussi du violeur (Sloan et Asa) ce qui a augmenté ma sensation de mal être.

Mais la scène qui m’a certainement le plus choqué et que j’ai trouvé juste insoutenable c’est la scène de sexe décrite de Sloan et Carter devant Asa pour se venger de lui. Alors là on a atteint le summum du mauvais goût. A ce moment, tous les personnages sont dénués d’humanité et pas seulement Asa. Je peux comprendre que Sloan est envie de se venger de tout le mal qu’Asa lui a fait, mais pas avec les mêmes armes !!!

Je vais finir ma chronique sur la fin du roman. Dans la préface Colleen Hoover, nous explique la naissance de ce roman. À l’origine, il était censé n’être publié que sur une plateforme en ligne et qu’elle complétait au fur et à mesure. Lors de l’édition, elle a décidé de laisser le récit dans l’ordre de sa création. Ainsi l’histoire principale se finit à la page 315. Après s’enchaine une suite d’épilogue, des épilogues d’épilogues sans queue ni tête. Mais je crois que le must de ce « what the f*** », c’est le premier viol d’Asa sur Sloan – honnêtement la scène de trop ! J’ai fini par lire en diagonale les 100 dernières pages.

Par contre, l’intrigue autour de la grossesse de Sloan et la folie d’Asa autour de cet événement est plutôt intéressant. Mais encore une fois cela est gâché par la stupidité des personnages principaux.

Bon je vais arrêter de tirer sur l’ambulance ! Je pense que mon malaise pour ce roman est à la hauteur de mon amour pour la plume de Colleen Hoover et de mes coups de cœur précédants. Il n’empêche que je me jetterais quand même sur sa prochaine sortie.

1:5

Malheureusement ce roman n’a pas fonctionné avec moi. Je suis très curieuse de pouvoir échanger avec vous sur ce roman.

Je vous souhaite de très belles aventures livresques !

7 réflexions sur “Too Late de Colleen Hoover

  1. Je suis d’accord avec toi sur un peu près tout mais j’ai quand même réussi à apprécier ma lecture puisque comme tu l’as dit c’est Colleen Hoover et qu’elle a un don pour raconter les histoires.
    J’ai moi aussi voulu secouer Sloan mais je comprenais quelque peu sa situation étant donné qu’elle m’était la vie d’une tierce personne en jeu, son frère. . C’est vrai que ça ne doit pas être facile d’être à sa place et oui elle pour ai en sortir mais ça n’aurai pas fait le livre sinon ^^ ».
    Concernant Carter je suis d’accord avec toi, j’avais envie qu’il la sauvé des le début sans se préoccuper des conséquences. . Et ils avaient tendance à se mette dans des situations inconfortable et ça créer une sensation de stress je trouve.
    Asa est un personnage que j’ai trouvé très intéressant mais comme tu le dis si bien c’est dérangeant d’être dans ses pensées ^^
    Enfin bref un livre qui dérange mais qui m’a personnellement plut malgré tout.
    Des bisous belles lectures à toi

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne le lirai pas, je ne pense pas que j’y arriverai… C’est vraiment dommage parce que traité différemment ça aurait pu avoir tellement d’impact. J’ai découvert Colleen Hoover cette année et je comptais enchaîner rapidement chacun de ses livres, mais celui-là n’en fera pas partie. Merci d’avoir prévenu ^^
    Marion

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s